Forum 2015

 

Forum des carrières CPGE littéraires

09 janvier 2015

Salle Prosper Goubaux

 

 

 

 

15h15 Table ronde des représentants des Ecoles

Gilles Brochard

Directeur pédagogique

Ecole Supérieure de journalisme de Paris

Laurence Gillot

Maître de conférences Université Paris Diderot (patrimoine et politiques culturelles)

Responsable du M2 "Ville, architecture, patrimoine",

cohabilité avec l'école d'architecture Paris Val-de-Seine.

Dominique Gratiot

Chef du service des masters

Ina SUP

Direction Enseignement, Recherche, Formation de l'Ina

 

 

 

16h30 Table ronde autour des Anciens élèves

 

Laura Clauzel

2003 : Bac L 2003-2005 : Prépa Chaptal

2005-2008 : Cours Florent

2007 : Maîtrise d’histoire à la Sorbonne Paris 1

2008 : Cours Ecole Auvray Nauroy

2009/2013: participation au festival ON n’arrête pas le théâtre.

2011: L’annonce faite à Marie, rôle de Violaine Théâtre Monsigny, Boulogne Sur Mer.

2013 : Angelo, tyran de Padoue, rôle de la Tisbe, Théâtre de L’étoile du nord.

2013 : voix pour le Grand Palais, exposition Braque et Vallotton

2014 : stage chez Martha Graham à NYC

Isabelle d’Orsetti

2004 : bac L 2004-2005 : Hypokhâgne à Chaptal

2005-2006 : Khâgne classique à Fénelon. Admissible à l'ENS Ulm

2006-2007 : Khâgne classique à Henri IV. Sous-admissible à l'ENS Ulm

2008-2009 : Agrégation de Lettres modernes, préparée en auditrice libre à l'ENS

2009-2012 :  Master 2 à Paris III Doctorante à Paris IV. Thèse abandonnée en 2013. 

2012-... : Enseignante en lycée, titularisée en lycée professionnel à Garges-lès-Gonesse, avec notamment des classes de BTS). 

Différentes expériences éditoriales (manuel de français numérique, folioplus-classiques)

Pierre Reynaud

2006-2007.. : Hypokhâgne Lycée Chaptal

2007-2009 : Licence de philosophie, Paris I

2009-2010 : Maîtrise de droit

2010-2011 : Master 2, recherche : droit civil patrimonial

2010 : examen d’entrée à l’école de formation du barreau de Paris

2013 : Major du 1er concours d’accès à l’Ecole nationale de magistrature

Depuis 2010 : Enseignant à Paris I : préparation aux concours d’accès à la magistrature et à l’examen d’entrée du Barreau de Paris.

Depuis 2013 : Magistrat en formation

 

Diane Sempere

2005 : Bac ES, 2005 - 2008 : HK – Khâgne espagnol Lycée Chaptal

2008 - 2012 : Neoma Business School Reims, spécialisation marketing

2012 : Chef de produit aux Editions Hatier (CDD 6 mois)

2012 - aujourd’hui : Chef de produit aux Editions Belin (parascolaire, sciences humaines, jeunesse)

 

 

Laurence Gillot, professeur à l'Université Paris Diderot :

 

Le master « Histoire et Civilisation comparées » proposé au sein de l'université Paris Diderot a la particularité d'ouvrir les étudiants au monde en proposant plusieurs spécialités axées sur la recherche ou directement professionnalisantes. Le premier parcours tourné vers la recherche intitulé « Histoire des mondes : Afrique, Amérique Latine, Asie » offre une rétrospective de l'histoire de diverses régions du globe et a pour objectif d'ouvrir les étudiants au monde. Le second, intitulé « Identités et altérités : histoire de l'Europe » permet d'étudier les spécificités des identités régionales et les dynamismes de la région. Le master « Ville, architecture, patrimoine » est quant à lui professionnalisant, et a la vocation de retracer l'histoire des espaces bâtis, dans la mesure où le passé éclaire le présent. Ce parcours professionnalisant débouche principalement sur les métiers de la culture, comme la médiation ou le tourisme. D'autre part, il permet aussi à l'étudiant de présenter le concours de la fonction publique.

L'étudiant désireux d'effectuer le master « Histoire et Civilisations comparées » doit bénéficier d'une grande autonomie, d'organisation, d'une très bonne expression écrite et orale, mais doit aussi savoir travailler en groupe.

L'université Paris Diderot possède la particularité de cultiver l'intérêt sur le monde. Ainsi, les étudiants auront la possibilité d'étudier un semestre à l'étranger avec Erasmus, ou encore d'effectuer des doubles cursus leur permettant d'effectuer la moitié de leur master dans une université partenaire étrangère. De plus, l'université favorise aussi l'engagement des étudiants, c'est pourquoi ils seront amenés à effectuer un stage en entreprise.

 

 

Gilles Brochard, professeur de presse culturelle à l'ESJ Paris :

 

L'Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ) de Paris est une école privée qui a pour vocation de préparer les étudiants au métier de journaliste. Plusieurs masters s'offrent à eux, chacun spécialisé dans une branche particulière du journalisme.

Le master « Journalisme tous médias » est généraliste et professionnalisant, il s'adresse aux étudiants désireux d'acquérir des compétences techniques dans tous les domaines (presse écrite, radio, télévision).

Il existe néanmoins des masters spécialisés : « Journalisme de sport », « JRI/journaliste télévision », « Documentaire et Investigation », « Médias féminins et de mode » et enfin « Web/journalisme/communication ».

L'admission se fait sur concours, et comprend une épreuve de connaissances générales politiques (par exemple : qu'est ce que l'ONU ?), mais aussi culturelles et sportives, une épreuve d'anglais, un commentaire et une épreuve orale durant laquelle l'étudiant devra traiter une question d'actualité en 15 minutes.

Pour passer le concours de l'ESJ, il est conseillé de lire la presse et d'écouter les informations, que ce soit à la télévision ou à la radio.

 

 

Dominique Gratiot, chef du service masters à Ina SUP :

 

Ina SUP est l'école de l'Institut National de l'Audiovisuel (INA), et propose une formation professionnelle continue. En 2007, trois masters ont été créés, permettant aux étudiants d'effectuer un cursus à double approche : ils sont à la fois soumis à la rigueur académique en étudiant l'histoire de l'audiovisuel, et à la rigueur professionnelle.

Ainsi, tout étudiant ayant validé une licence a le choix de postuler pour trois diplômes différents, dont la sélection se fait sur dossier : « Gestion du patrimoine audiovisuel et numérique », « Production audiovisuelle », et « Concepteur audiovisuel », master en partenariat avec l'ENS de Cachan et l'Ecole des Chartes.

L'école offre des débouchés dans de nombreux domaines. En effet, l'étudiant aura la possibilité de travailler dans l'audiovisuel (télévision, radio), mais aussi dans le domaine de la culture (bibliothèques, cinémathèques), de l'industrie, de web, de l'environnement ou du luxe.

 

 

2nde table ronde : les anciens élèves

 

Les intervenants sont présentés dans leur ordre de passage.

 

 

Diane Sempere

Parcours :

2005 : Bac ES, 2005 - 2008 : HK – Khâgne espagnol Lycée Chaptal

2008 - 2012: Neoma Business School Reims, spécialisation marketing

2012 : Chef de produit aux Editions Hatier (CDD 6 mois)

2012 - aujourd’hui : Chef de produit aux Editions Belin (parascolaire, sciences humaines, jeunesse)

Compétences développées :

Les compétences requises par le métier de chef de produit dans l’édition sont celles acquises et développées en Hypokhâgne et Khâgne : rigueur, capacité de synthèse et de prise en charge de travail importante, créativité et curiosité « organisée ». Elles sont encore davantage sollicitées au contact de l’entreprise et de ses exigences.

Conseils :

Pour s’orienter vers un métier qui correspond à chacun, deux éléments clés sont à retenir : il faut avoir confiance en soi et « penser » à son métier.

Penser à son métier ne signifie pas qu’il faut se faire des idées abstraites selon des avis extérieurs mais plutôt se projeter personnellement dans un cadre d’entreprise avec des tâches spécifiques à réaliser. A cet effet, se renseigner est très important que ce soit via des magazines, des sites internet ou plus idéalement par contact direct avec une personne qui exerce le(s) métier(s) ciblé(s). Pour avoir confirmation de son intuition ou simplement pour essayer une branche qui aiguise la curiosité, il est judicieux de faire un stage en fin d’année scolaire.

 

 

Isabelle d’Orsetti

2004 : bac L 2004-2005 : Hypokhâgne à Chaptal

2005-2006 : Khâgne classique à Fénelon. Admissible à l'ENS Ulm

2006-2007 : Khâgne classique à Henri IV. Sous-admissible à l'ENS Ulm

2008-2009 : Agrégation de Lettres modernes, préparée en auditrice libre à l'ENS

2009-2012 : Master 2 à Paris III Doctorante à Paris IV. Thèse abandonnée en 2013. 

2012-... : Enseignante en lycée, titularisée en lycée professionnel à Garges-lès-Gonesse, avec notamment des classes de BTS). 

Différentes expériences éditoriales (manuel de français numérique, folioplus-classiques)

Compétences développées :

Même chose que Diane. L’accent est cependant mis sur la curiosité et l’adaptation. Dans les métiers de l’enseignement il faut réussir à s’adapter à de nouvelles classes et aux attentes des élèves.

Conseils :

Il faut suivre son intuition et s’écouter. Isabelle a longtemps cru qu’elle ne voudrait surtout pas devenir professeur mais s’est rendu compte qu’en réalité beaucoup de ses centres d’intérêt tournaient autour de l’éducation, que ce soit dans le choix des films qu’elle allait voir au cinéma ou les livres qu’elle lisait.

De plus, il est important de continuer à exercer des activités personnelles en dehors du temps scolaire car celles-ci définissent la personnalité de chacun et permettent de s’épanouir : « Ce qui sert le plus, c’est ce qu’on fait en dehors de la classe ». La vie culturelle parisienne étant très riche, il serait malavisé de ne pas en profiter.

Au niveau scolaire, il est intéressant de prendre des notes dans la marge pendant les cours (pour établir des liens avec d’autres cours, poser des questions…) et de ne pas hésiter à participer activement de façon à mieux intégrer les informations reçues.

 

 

Pierre Reynaud

2006-2007.. : Hypokhâgne Lycée Chaptal

2007-2009 : Licence de philosophie, Paris I

2009-2010 : Maîtrise de droit

2010-2011 : Master 2, recherche : droit civil patrimonial

2010 : examen d’entrée à l’école de formation du barreau de Paris

2013 : Major du 1er concours d’accès à l’École nationale de magistrature

Depuis 2010 : Enseignant à Paris I : préparation aux concours d’accès à la magistrature et à l’examen d’entrée du Barreau de Paris.

Depuis 2013 : Magistrat en formation

Compétences développées :

Principalement la capacité à assumer une lourde charge de travail et à changer rapidement d’occupation, ce qui est dû à la polyvalence de la magistrature.

Conseils :

Ne pas hésiter à faire un stage ; il permet d’obtenir une ouverture nouvelle sur le monde de l’entreprise. Pierre s’est intéressé au droit et a fait un stage dans un cabinet d’avocat en fin d’hypokhâgne, ce qui l’a confirmé dans son intuition. Aller se renseigner sur les sites des universités quant aux formations disponibles. De nombreuses passerelles existent, par conséquent aucun choix de parcours d’études n’est mauvais.

 

 

Laura Clauzel

2003 : Bac L 2003-2005 : Prépa Chaptal

2005-2008 : Cours Florent

2007 : Maîtrise d’histoire à la Sorbonne Paris 1

2008 : Cours Ecole Auvray Nauroy

2009/2013: participation au festival ON n’arrête pas le théâtre.

2011: L’annonce faite à Marie, rôle de Violaine Théâtre Monsigny, Boulogne Sur Mer.

2013 : Angelo, tyran de Padoue, rôle de la Tisbe, Théâtre de L’étoile du nord.

2013 : voix pour le Grand Palais, exposition Braque et Vallotton

2014 : stage chez Martha Graham à NYC

Xx : a suivi une formation à l’INA en tant que voix off.

Compétences développées :

Principalement la prise de recul vis-à-vis des situations qui se présentent et la capacité de travail. En effet, Laura est à la fois actrice, chanteuse et metteur en scène.

Conseils :

De nombreux débouchés existent pour les formations artistiques comme conseiller historique pour des scénarios, agent artistique, producteur, etc.

Il est très important d’être solidaires, de garder contact pour se servir mutuellement de marchepied. Par conséquent il faut toujours chercher à établir des liens avec des camarades ou des collègues.

De plus, continuer ses études ne peut pas fermer de portes, au contraire, ça ouvre ses propres horizons.

 

 

Q&A

De nos jours, le marché du travail n’est-il pas bloqué en ce qui concerne le marketing ?

D : Il l’est très certainement jusqu’à une certaine mesure. Il faut cependant persévérer

Comment avez-vous vécu votre premier jour de classe ?

I : Je me suis beaucoup formée toute seule à travers des livres parce que je suis passée juste quand la réforme a été appliquée. Par conséquent je n’ai jamais eu de formation de professorat. Cependant, j’ai été immédiatement à l’aise : ça me plaisait énormément d’être au contact des élèves et de mener un cours.

Comment êtes-vous sortie de vos idées préconçues sur le théâtre ?

L : Ca a été difficile vis-à-vis de mes parents à cause de l’absence de sécurité d’emploi. J’ai donc suivi le cours Florent en parallèle de mes études. J’ai également suivi une formation à l’INA pour acquérir des outils. C’est au fur et à mesure de mes expériences que je me suis aperçue que j’avais véritablement envie de m’engager dans la voie artistique.

Avez-vous l’impression de devoir vous démultiplier pour suivre le cours de vos différentes vies ?

P : Dans la magistrature, il existe une grande diversité de postes et on est amenés à rencontrer de nombreuses personnes très différentes au cours d’une journée. Mais c’est cette diversité qui me donne ma richesse. Par conséquent, je n’ai pas besoin de me démultiplier.

D : Je dirais qu’il faut avoir une double vie et des projets. La vie professionnelle prend énormément de temps alors il faut qu’on fasse quelque chose qui nous intéresse. Dans la vie privée également il faut avoir des activités et des projets.

Pouvez-vous nous donner des conseils sur les doubles cursus ?

P : Renseigner-vous sur les sites internet des universités. Ça permet de sortir de l’Hypokhâgne pour commencer une spécialité de fond.

Comment avez-vous réussi à rattraper le retard que vous aviez sur le cursus de droit ?

P : Je suis rentré en deuxième année. L’emploi du temps était assez lourd mais comme tous ceux qui arrivent à ce moment-là, j’ai eu droit à des cours supplémentaires et à des horaires de rattrapage. L’Hypokhâgne m’a beaucoup aidé à assumer la charge de travail que j’ai eue. D’ailleurs, sur 20 en double cursus, une dizaine venait d’hypokhâgne.

 

 

 

 

 

 

 

Site des CPGE du Lycée Chaptal

  • b-facebook
  • b-tbird
  • b-googleplus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now