DISPOSITIFS

ACCUEIL

Mémoires émoussées

 

 

On a voulu se souvenir.

Place de La Bonne Bière, le 5 novembre 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA PAIX

Entrent Plume et Jean tous les jours, au même carrefour rue du Faubourg du Temple

Plume est vêtu de noir, une veste façon cow-boy avec des franges dans le dos. Deux chapeaux roses superposés sur sa tête avec deux plumes jaunes dessus. Jean porte une casquette bleue.

Plume- « Orh la paix ! La paix ! Mais fichez-moi la paix ! »

Jean- « La paix ? Avec plaisir, mais quel genre de paix ? La paix…trifié ? La paix…. Nible ? La paix…niche ? La paix… ne ? »

Plume- « Mais non…. La paix quoi ! La paix, la paix, la paix et la paix ! »

Jean- « Oula ! Mais ça en fait beaucoup de paix ça… vous voulez la paix ? Faisons la paix »

Plume- « Bien, très bien » (Un instant, il enlève son chapeau « Je suis épuisé »

Jean- « Pourquoi portes-tu un chapeau de cow-boy ? (Un instant) Hein? Pourquoi as-tu des Plumes sur la tête, Plume ? (Un instant) Hein ? Pourquoi tu tournes en rond ? (Un instant) Hein ? »

Plume- « Tu m’épuises Jean » (Un instant) « Pourquoi t’es toujours en bleu toi ? »

Jean (se tournant vers La Bonne Bière) - « Je sais pas, je me rends pas compte, ça m’apaise »

Plume, remet son chapeau - « Les plumes aussi. »

Jean- « Plume, tu te rends compte de tout le temps qu’il nous reste à vivre sans eux ? (Un instant) Hein ? »

Plume- « Il paraît. Tu crois qu’on commence à mourir dès l’instant où l’on naît ? »

Jean- « On est peut-être déjà mort alors. N’ayons donc plus peur de la mort et qu’il en soit ainsi. (Un instant) Tu crois pas ? »

Plume, fixant les plumes de son chapeau- « Mort ou en vie, je suis épuisé ».

Entre Amnésia. Chauve, fin et âgé, il marche à vive allure un baladeur dans les mains.

Amnésia- « Ecoutez. » (Silence) Amnésia s’arrête, insère un CD et met son casque.

Jean- « Hein ? »

Plume- « Orh La paix ! La paix ! Mais fichez-moi la paix ! »

Amnésia, chantant « Mais t’es où ? Pas là ! Mais t’es où ? Mais t’es pas là ! Mais t’es où ? »

Plume- « Je n’en peux plus »

Jean- « La vieillesse lui pardonne, pardonnons-lui nous aussi »

Amnésia- « Ecoutez » (Silence) Amnésia enlève son casque « Sentez-vous le vide autour ? »

Jean- « Comment faire autrement ? (Un instant) Hein ? »

Plume- « Plus que le vide, le néant »

Plume, le regard éteint, jette son chapeau au sol.

Amnésia, remettant son casque- « Prions ! L’amnésie pourrait, dans sa bonté, s’en prendre à nous. »

Jean, ramassant les plumes du chapeau- « Tes plumes sont tombées, Plume, les voilà. »

Plume- « Elles n’ont plus leur éclat, elles sont passées d’un jaune doré à un jaune épuisé. Elles étaient belles mes plumes, toutes fières du haut de mon crâne, regarde-les et regarde le monde, elles sont à son image. »

Jean- « Dis Plume, tu te rappelles quand t’y croyais fort ? (Silence) Hein ? »

Plume- « J’étouffe »

Jean- « Pleure : les larmes sont les pétales du cœur. (Un instant) C’est joli cela, je ne sais plus d’où cela vient mais c’est joli, fort beau. Est-ce que ça marche ? (Un instant) Hein ? »

Plume- « Qué souy fatiguat ! »

Amnésia- « La musique pour nous réveiller »

Entre Poupée. Assise depuis un certain temps près du café de la grisette, elle porte un voile bleu, arbore un sourire fragile et s’avance, un mégot dans la bouche.

Poupée, jetant son mégot - « Mais ils sont tous cinglés ici ! »

Jean- « Hein ? »

Plume « Orh la paix ! la paix ! Mais fichez-moi la paix ! »

Amnésia- « Ecoutez » (Silence)

Poupée - « Quelle indifférence ! Ils passent, quelle indifférence ! »

Jean (tournant autour de la statue de la grisette) - « Il était une fois… »

Poupée- « Je m’asseyais là… »

Jean- « Dans une contrée urbaine… »

Poupée- « Intensifiant mes appels aux secours… »

Jean (continue de tourner) - « Une femme oubliée des anges… »

Poupée- « En vain face au dédain… »

Jean- « Chemin faisant, elle est toujours transparente… »

Poupée- « Solitude ! Quand l’humanité déçoit… »

Jean- « Restée seule,

Sa foi prit peur

Sa foi fut lassée de l’indifférence qu’on lui prêtait

Sa foi connut les yeux de l’horreur

Sa foi choisit d’en terminer… »

Poupée- « Mais qu’avons-nous fait de nos nuits ? »

Jean- « Cauchemarder nos rêves »

Plume- « Tout va mal » (Un instant) « Même les gens vont mal ! »

Entre Blanche, un manteau rouge à pois, deux couettes, en trottinette

Blanche, s’arrête net et fixe le groupe - « Je me sens liiiiiiiiiiibre »

Jean- « Hein ? »

Plume- « Orh la paix ! la paix ! Fichez-moi la paix ! »

Amnésia- « Ecoutez » (silence)

Poupée- « Mais ils sont tous cinglés ici ! »

Blanche- « Toutes ces fleurs ! Que c’est beau ! »

Jean- « Tu en voudrais une ? (Un instant) Hein ? »

Blanche- « Oh oui alors ! Une colorée, comme le monde est beau en couleur ! »

Jean se détache du groupe, prend un bouquet de fleurs rouges, orange, roses, blanches et bleues et le tend à Blanche.

Jean- « En espérant que tu les soignes, les fleurs comme celles-ci sont rares »

Blanche- « Je les garderai aussi longtemps que possible ! »

Plume- « Elle s’en lassera »

Amnésia- « Elle les oubliera »

Poupée- « Elles la décevront »

Jean- « Peut-être, fleuriront-elles à nouveau ? (Un instant) Hein ?»

 Lise Lacombe

 

 

 

Retour à l'accueil de Mémoires émoussées