Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Insoumission patrimoniale

April 15, 2017

 

En politique, les mots sont des territoires. S’emparer d’un mot, c’est s’arroger un droit de propriété visant à interdire son emploi par un concurrent. Jean-Luc Mélenchon s’est emparé de l’insoumission, et au passage c’est sur tous ses corrélats qu’il a fait main basse : fronde, indépendance, émancipation. Par la même occasion, indirectement, il s’est approprié l’héritage des Indignés et de Nuit debout.

Beau slogan donc que celui de la France Insoumise, un slogan énergique et porteur, qui invite les rebelles, les résistants, à se reconnaître en lui.

Mais ce territoire de l’insoumission, l’auteur de Révolution,  n’est visiblement pas disposé à le laisser sous domination mélenchonienne. C’est du moins ce qu’on peut penser en écoutant le discours du 17 mars 2017 prononcé à Reims et partiellement consacré à une culture française ouverte, sans cesse vivifiée par ce que les autres cultures lui apportent ; E. Macron achève

 

 sur une péroraison enlevée dans laquelle il fait appel à ceux de nos écrivains qu’il qualifie de marginaux, de refusés, d’anti-conformistes : Flaubert, Baudelaire, Rimbaud, libres, affranchis, révoltés. Et voilà qu’il ajoute un adjectif qui n’est pas innocent : Flaubert, Baudelaire, Rimbaud, insoumis. Nos plus grands auteurs français, nos plus grands classiques : insoumis. Il a raison, en France, l’insoumission, l’indignation sont patrimoniales. Pas question d’en laisser le monopole à Jean-Luc Mélenchon.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now